L'HIRONDELLE DE LA NUIT

C’est moi qui au début de l’histoire de l’homme
D’un coup de dents rageur ai mordu dans la pomme
J’ai assisté les loups dans leurs messes de sang

Je suis l’hirondelle de la nuit, je suis l’hirondelle de la nuit

Mes ailes membraneuses sont mon perfecto noir
Et quand j’étends les bras pour m’ouvrir à l’espoir
L’ombre de la méfiance tombe sur les royaumes
A l’heure où mes stridences déchirent le silence
Lorsque la cécité s’abat sur les cités
Du haut des tous d’ivoire dans le ciel je m’élance

Je suis l’hirondelle de la nuit, je suis l’hirondelle de la nuit

Le mauvais œil sur moi n’a plus aucun effet
Charmes et talismans s’envolent en fumée
Je chante les vertus des amours maléfiques
La pointe de mes ailes fend la robe du soir
Guidée par mon radar je traque le hasard
Les insectes imprudents l’apprennent à leurs dépens

Je suis l’hirondelle de la nuit, je suis l’hirondelle de la nuit

C’est moi qui au début de l’histoire de l’homme
D’un coup de dents rageur ai mordu dans la pomme
J’ai assisté les loups dans leurs messes de sang

Qui veut me posséder doit d’abord s’acquitter
Du baiser sanguinaire au goût d’éternité
L’amant devenu mien peut alors me combler
Dix mille bûchers hurlants jalonnent mon chemin
Et si vous cherchez après le dernier seuil
Vous me verrez assise à gauche du Malin

Je suis l’hirondelle de la nuit, je suis l’hirondelle de la nuit…